Archives de Tag: numérisation dématérialisation données risques manipulation authenticité

Vers l’ère du tout numérique ? Quels risques prenons-nous en numérisant notre monde ?

dematerialisation
À l’ère de la numérisation, notre quotidien, qu’il soit physique ou analogique subit un traitement afin d’être numérisé et ainsi d’être stockable et exploitable informatiquement.
La numérisation des archives est en cours depuis les années 1990 et s’est propagé aux livres, aux articles de presse comme on a pu le voir récemment avec Google qui abandonne finalement l’idée et au delà peut s’étendre à l’identité personnel qui peut s’avérer être une denrée rare et coûteuse pour beaucoup d’entreprises et de personnes mal-intentionnées.
Quand certains spécialistes nous parle de numérisation, d’autre parle au contraire dématerialisation de notre patrimoine, voyons pourquoi.

Quant est-il des avantages de la numérisation ? Il est incontestable qu’en théorie, cela représente une solution avantageuse afin de conserver des textes d’archives ou d’un patrimoine pour les générations à venir. La durée de vie des informations est casi-illimitée et la consultation se fait sans risque de détérioration pour les documents. De plus le stockage est de fait beaucoup plus simple et une série de livres d’archives sur plusieurs milliers de pages occupera seulement une poignée d’octets sur une machine. La numérisation serait-elle la solution tant espérée à la sauvegarde de la mémoire de l’humanité ?

Cependant, tout le paradoxe réside dans le fait que cette « numérisation » qui consiste à la reproduction numérique d’un document, met en péril le document originale lui même. Car bien que présenté comme une solution éternelle de sauvegarde, la numérisation à ses limites et les supports actuels sont loin d’être éternels, que ce soit les CDs, Blue-Ray et disques durs, ont estime de 5 à 10 ans la durée de vie moyenne de ces supports. Ces supports nécessites donc une maintenance régulière limitant grandement les espoirs de réduire sa bibliothèque personnelle à une clef USB et se débarrasser de tous nos livres afin de gagner de la place. Ce serait même l’effet inverse que provoque cette numérisation, les documents originaux vont devenir en voie de disparition dans les années à venir si la tendance se prolonge à long terme. C’est donc nos documents historiques et culturels, notre passé et les traces de notre histoire en somme qui sont en jeu et qui nécessites une attention toute particulière, surtout en cette ère du tout numérique.

Comment prouver l’authenticité d’un document lorsqu’il n’est plus matériel mais qu’une suite de 0 et de 1 reproductibles à l’octet près. Prenons maintenant un peu de hauteur dans notre réflexion ; s’il n’existe pas de moyen effectif de prouver l’authenticité d’un document, comment l’humanité serait à même de juger de l’authenticité de son histoire, comment pourrait-elle se défendre face à une modification ou une falsification de son passé et donc de ses droits ?

Les risques sont réels et il pèse une menace sur les libertés individuels, il deviendra donc possible par exemple pour un hacker doué de ré-écrire l’histoire en falsifiant des documents officiels ou de subtiliser l’identité d’une personne avec une facilité déconcertante ou encore à une organisation internationale ou un gouvernement de manipuler un pays pendant plusieurs années afin de le plonger dans une autocratie ou un régime totalitaire sans que la population s’en aperçoive. Comme nous avons pu le voir, la numérisation comprend son lot d’avantages mais représente une menace qu’il nous faudra aborder avec précaution dans les années à venir.

Tagué